Au plus fort de la crise sociopolitique qui prévaut jusqu’à présent au Cameroun et devant la rareté de solutions que présentent le pouvoir en place, la réflexion sur une possible mise sur pied d’une tripartite comme en 1992 a été en