La pénitence a été longue. L'international camerounais a dû jouer de patience et d'humilité pour retrouver le banc de touche de l'Olympique de Marseille. En début d'année pourtant, ses dirigeants lui avaient indiqué qu'ils ne comptaient pas sur lui. Henri Bedimo a dû s'entraîner pendant de longs mois tout seul, puis avec les jeunes joueurs du club. Il était passé dans la hiérarchie au