Le président de la Commission électorale en République démocratique du Congo a annoncé mardi que sans l'utilisation de machines à voter contestées, il ne serait pas possible d'organiser comme prévu la présidentielle censée