C’est un quasi « black-out »: il n’y a guère que les réseaux sociaux pour transmettre les images de maisons brûlées, de cadavres ensanglantés et de populations en fuite au Cameroun anglophone. A part ces clichés, impossibles à v