L'image donnée par les jeunes Somaliens qui comparaissent devant la justice française ce mardi appartient déjà au passé : depuis leur arrestation fin 2008, la piraterie au large de la Corne de l'Afrique a changé de visage.