Un juge a temporairement "gelé"  l'ordre d'expulsion du parc, permettant en théorie aux manifestants de revenir s'installer dans le lieu symbolique de la contestation.