"Nous ne voulons pas parler d'une 'tentative de la dernière chance', parce que je ne veux pas que cela ressemble à un avertissement", a expliqué le premier ministre qatari, Hamad Bin Djassim al Sani.