Poussés par les géants des aliments surgelés, les parlementaires se sont prononcés pour que pizzas, frites et autres féculents ne soient pas bannis des menus des cantines scolaires.