Une épée kazakhe, un précieux vase chinois et trois photos. C'est le butin avec lequel est parti Silvio Berlusconi lorsqu'il a vidé le palais Chigi de ses affaires personnelles, raconte le quotiden italien "La Repubblica".