Le parti LAOS, membre du gouvernement du premier ministre Lucas Papadémos, a tempéré son discours depuis 2007 mais conserve des liens avec les plus radicaux.