Selon le leader en exil de la confrérie "le peuple syrien acceptera une intervention venant de Turquie, plutôt que de l'Occident, s'il s'agit de protéger les civils".