Le procès du patron de la télévision privée tunisienne Nessma poursuivi pour "atteinte aux valeurs du sacré" après la diffusion en octobre du film "Persepolis", qui avait suscité des violences notamment d'islamistes radicaux, s'est ouvert jeudi.