Sauver l'euro tout en réconciliant la France du "oui", du non", les gaullistes et les centristes. C'est le pari du président.