Le régime avait décidé mardi de relâcher 1 180 détenus, "impliqués dans les évènements en Syrie et qui n'ont pas de sang sur les mains".