Ceux qui ont la responsabilité de gérer le football camerounais profitent abusivement de chaque petit répit du grand malade (un résultat sportif favorable), pour faire croire que la pathologie dont on l’accuse n’est qu’une vue de l’esprit, une maladie de Patoche.Ce n’est pas en cassant le thermomètre -qui affiche le très grand accès de fièvre de tout le système du football natio