En janvier et février, ces supporteurs de foot avaient quitté les stades pour être en première ligne place Tahrir lors de la révolution. Neuf mois plus tard, ils défient toujours la police égyptienne et refusent toute récupération.