Les frontières avaient été fermées pour éviter à la partie guinéenne de subir l’affluence des ''migrants clandestins''.