La douane précise qu'il s'agissait d'isotopes sodium-22 qui ne peuvent être "que le résultat du travail d'un réacteur" et dont la radioactivité dépasse "vingt fois le niveau naturel".