L'agence a invoqué la détérioration des conditions de financement dans la zone euro, les risques pour la croissance belge et le coût budgétaire que pourrait avoir le sauvetage de banques.