Isabelle Mandraud, journaliste au "Monde", est retournée dans cette ville du centre de la Tunisie où s'était immolé par le feu, le 17 décembre 2010, le jeune Mohamed Bouazizi, un geste qui donna naissance aux "printemps" arabes. Récit.