Le futur chef du gouvernement espagnol de droite, Mariano Rajoy, a tenté de rassurer les marchés en annonçant une coupe budgétaire de 16,5 milliards d'euros en 2012.