La mort de Kim Jong-il soulève la question de l'avenir des activités nucléaires de Pyongyang, un des sujets de tension parmi les plus sensibles dans la péninsule coréenne et en Asie de l'Est.