Le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, a fait cette déclaration en référence à la proposition de loi réprimant la contestation des génocides reconnus par la loi, dont le génocide arménien.