Le gouvernement devait confirmer, mardi, l'examen, le 22 décembre, à l'Assemblée, d'une proposition de loi réprimant la contestation des génocides reconnus par la loi, dont le génocide arménien (1915-1916).