Le premier ministre Nouri Al-Maliki a réclamé par ailleurs la tête du vice-Premier ministre Saleh Moutlak qui l'avait traité à la télévision de "dictateur pire que Saddam Hussein".