Depuis plusieurs mois, la pression se fait forte sur l'institution monétaire de Francfort pour augmenter ses achats et se transformer en prêteur de dernier ressort des pays de la zone euro mis en difficulté par les marchés.